Historique

Celui  que l’on a surnommé un savant chez les pauvres et qui rêvait d'« enserrer le monde dans un grand réseau de charité »  serait des plus heureux d’être témoin de l’étendue actuelle de son œuvre.

Le 23 avril 1833, Frédéric Ozanam, avec un groupe de sept amis, fonde à Paris la Société de Saint-Vincent de Paul, une organisation internationale de laïcs. Le plus âgé du groupe est Emmanuel Bailly, 39 ans, renommé pour sa sagesse et son dévouement à toutes les bonnes causes. Frédéric est pour sa part l’un des plus jeune, il a alors vingt ans.

Venu de Lyon à Paris pour y étudier le droit, il rêvait de soutenir la foi de ses collègues. C’est pourquoi on venait, sous son inspiration, de fonder la première conférence paroissiale SSVP (point de service). À partir de ce moment, ces jeunes se réunissaient chaque semaine et visitaient les familles pauvres du quartier pour leur porter secours. Ils éprouvaient la volonté de s’unir au service des plus démunis de façon humble et discrète. Ils désiraient démontrer leur foi chrétienne par des actes plus que par des paroles. Ces pionniers ont vu en le personnage de Saint Vincent de Paul un modèle de charité.

Avec tout le support de M. Emmanuel Bailly et de Soeur Rosalie Rendu, forts de leur conviction religieuse et de leur sensibilité aux problèmes de pauvreté qui sévissaient à Paris, les conférences se sont rapidement répandues en France et dans les autres pays d'Europe. Parallèlement à la multiplication des conférences, leurs œuvres se diversifient : patronages pour apprentis, bibliothèques populaires, vestiaires, caisses des loyers, etc.

Une conception nouvelle de l’action catholique venait de naître. Devenu un brillant avocat, Frédéric ne trouve pas satisfaction dans la pratique du droit commercial. Heureux dessein de la Providence, il se voit offrir une chaire par le ministre de la justice. À 27 ans, Frédéric devient le plus jeune professeur de la Sorbonne. Homme respecté et écouté, il pourra utiliser son charisme pour tenir sa promesse et travailler au développement de son œuvre.

Les ramifications de la première conférence à Paris se devaient de traverser l’Atlantique. En 1844, elle est rendue à Mexico et l’année suivante, elle arrive à Saint-Louis aux États-Unis. 

Au Canada, le Dr Joseph-Louis Painchaud, fonde en 1846, une première conférence à Québec dans la paroisse Notre-Dame de Québec. À la suggestion de Mgr Ignace Bourget, une première conférence à Montréal est également fondée en 1848. Ensuite, sous l'instigation de M. Georges Manly Muïr, une première conférence est fondée à Toronto en 1850.

À la mort d'Ozanam en 1853, la Société compte plus de 15 000 membres, 900 conférences, et ce, dans 29 pays. En 2013, la Société s’étend sur les cinq continents, dans plus de 140 pays et elle compte plus de 800 000 membres répartis dans 50 000 conférences paroissiales.

Cette expansion de la Société à travers le monde est le plus beau monument que nous pouvons élever à la mémoire de nos fondateurs ainsi qu’à leurs prédécesseurs.

Aujourd’hui, au Québec,  après plus de 165 ans d’histoire, la Société Saint-Vincent de Paul compte 348 points de service et 4 200 membres-bénévoles ; au Canada, elle en compte 816 et plus de 22 500 membres.